Du 8 au 25 juin, un chantier un peu particulier est en cour au château d’Andlau et on y entend actuellement un piquetage qui répond étrangement à celui du pic vert.

Il s’agit en fait des salariés de l’Atelier Chantier d’Insertion, une structure portée par le GRETA de Strasbourg, qui piquent les joints de la tourelle à côté de l’entrée de la bassecour. L’objectif est de consolider cette tour en enlevant l’ancien joint-mortier qui scelle les moellons entre eux, et qui remonte à la première campagne de consolidation de 1927 initiée par le club vosgien de Barr. Par la suite, il faudra rejointer toute la tour à neuf.

Le piquage se fait au marteau et au burin. C’est un travail fastidieux mais l’équipe de stagiaires s’en acquitte avec entrain, emmenée par Jérôme Ambs l’encadrant technique et Maurice Bertin, chargé de développement des projets et conseiller en insertion, .

 

Ce chantier, n’aurait toutefois pas pu se faire sans l’appui et le soutien de l’entreprise Echamat-Kernst, implantée à Saint-Pierre, et de son directeur Fabrice Rouffenach qui nous a mis à disposition les trois volées d’échafaudage. Bruno Lintz, président des Amis du château d’Andlau, remercie vivement l’entreprise Echamat-Kernst sans qui ce chantier n’aurait pu être mené à bien.

 

C’est donc fidèle à son esprit de synergie des compétences au service du château du Haut-Andlau, que l’association permet à chaque acteur de se confronter à la réalité du travail sur un édifice classé monument historique pour acquérir ou affermir ses compétences et ses connaissances.

 

Chantier d'insertion